Le Tringa boat, un bateau qui tient la route

Le Tringa Boat n’est pas passé inaperçu.© Ouest-France

Les bateaux amphibie, on connaît. Mais un seul a reçu l’autorisation de prendre la route. Breton, il se promène à Saint-Malo, aujourd’hui encore.

Qu’est-ce qui fait la différence entre un véhicule amphibie et le Tringa Boat, croisé hier dans les rues de Saint-Malo ? L’homologation. Celle qui, délivrée par le ministère de l’Intérieur, lui permet de circuler sur les routes. Une première.

Pour cela, il lui a fallu s’équiper de phares et clignotants, rétroviseurs et ceintures de sécurité, d’un essuie-glace. À bord, jusqu’à quatre passagers, promenés à 16 km/h. Pas assez pour traverser la France, suffisant pour effectuer les 10 km maximum autorisés, jusqu’à trois parcours obligatoirement déposés et validés par la préfecture pour cinq ans renouvelables, pour des déplacements entre le domicile et la mise à l’eau, le domicile et l’entretien, le domicile et la station-service, où il doit aller faire le plein de sans-plomb.

L’intérêt ? « Il est double. C’est une réponse au manque de places dans les ports, la suppression aussi des contraintes de mise à l’eau et de sortie » sourit Christophe Le Bitoux, directeur commercial.

44 secondes chrono

En mer, le bateau tient aussi la route. « Sa carène en V très profonde passe très très bien la mer, il est très bien dessiné », apprécie le skipper malouin Nils Boyer, parrain du Salon nautique qui se déroulera à l’hippodrome, du 13 au 16 mai.

Une mise à l’eau en douceur à 48 cm de profondeur, en 44 secondes chrono. Le temps pour les trois roues de remonter dans la coque, puis à une trappe associée à un verrou hydraulique de rendre la coque entièrement étanche, « une technologie empruntée aux sous-marins ». Sortir de l’eau est tout aussi simple et le retour à la maison possible sans même descendre du bateau, qui possède deux moteurs distincts, un pour la route, un pour la mer.

Innovation bretonne, le Tringa boat est un projet initié en 2011 avec la création d’une société éponyme, installée à Perros-Guirec, près de Lannion (22). À l’origine de ce projet, Guirec Daniel, qui a adapté les plans de son bateau et bataillé pour obtenir l’homologation, en 2017.

Commercialisé depuis 2020, le Tringa Boat se décline en trois versions et autant de tarifs, de 128 000 € à 159 000 € TTC, « y compris le moteur hors bord ».

Avant d’épater le client, lors du Salon nautique, organisé par Frédéric Bochard et Daniel Aubry avec leur association Capitaine corsaire, le Tringo Boat a fait son petit effet, toute la journée de jeudi. Il s’est amusé sur les différentes cales et a fait le show, dans les rues d’Intra-Muros. Il s’est aussi permis un aller simple Hippodrome – cale de Dinan, avec Nils Boyer en guest star, « c’était assez amusant de voir la réaction des automobilistes et piétons », s’amuse le skipper.

Ceux qui l’ont loupé peuvent tenter leur chance aujourd’hui encore, puisque le Tringa Boat devrait multiplier les balades entre la cale de Dinan, Intra-Muros, l’office de tourisme… Sinon, il faudra patienter jusqu’au Salon nautique, du 13 au 16 mai.

Par Brigitte SAVERAT-GUILLAR

Publié le 5 Fév 21 à 10:52